Benin Country Focus


Benin Republic is a country in western Africa, that covers a surface of 114 000 km2 and spreads on 670 km, from the Niger stream at the north to the Atlantic coast at the south. Benin had 10 008 749 inhabitants in 2013. The country is part of the CEDEAO. It shares borders with Togo at the west, Nigeria at the east, and Niger and Burkina Faso at the north. Benin gained full independence on 1 August 1960 on the denomination of Republic of Dahomey, before taking its present name in 1975. The powers were transmitted to the president Hubert Maga by the French Minister of State Louis Jacquinot. The official capital is Porto-Novo and Cotonou is the economic capital. Since end1989, Benin possesses a very strong picture of democratic country in all the sub-Saharan Africa.

Politics
A haven of peace and political stability:

First State of French-speaking Africa begun a peaceful change of power in the early 90s, Benin has opened the way for democratization. Once considered the cradle of the African intelligentsia, Benin, which in the early hours of multiparty 90-91, successfully organized the Sovereign National Conference is fast becoming - if not already the case - a laboratory even a bastion of democracy. Since then, Benin continues to gain fame on the board of democracy in Africa. Elections which have become real sources of conflict on the continent have been taking place in Benin smoothly despite some friction here and there. This resulted in the election of God given Nicephore Soglo in 1991 to replace Kerekou. He returned to power in 1996 when the technocrats of international institutions that became Head of State could not convince people about his political skills and ability to lift Benin up. In March 2006, Kerekou was replaced at the Presidential Palace by Dr. Thomas Yayi Boni, a seasoned banker who was for many at the West African Development Bank (BOAD). The actual president, Patrice Talon won the presidential election of March 20, 2016. His opponent, outgoing Prime Minister of Yayi Boni, Lionel Zinsou acknowledged his defeat the evening of the election. He was invested President of the Republic of Benin on 6 April 2016 in Porto-Novo.


History
From the first kingdoms to the colonization

The earliest writings on the present territory of Benin were done during the Portuguese explorations in the fifteenth and especially sixteenth century. At the end of the sixteenth century, several kingdoms emerged in the region populated by the Adja, the kingdom of Allada, the Kingdom of Ajase or Ajatché (later named Porto Novo) and Dahomey (or kingdom of Abomey ). The latter was founded about 1625 by Ouégbadja (a Fon), who extended his territory by conquest and participated actively in the trade with Europeans.
In the seventeenth century, the territorial and economic expansion continued during the reigns of Agadja and Tegbessou. Dahomey annexed the kingdom of Allada and Ouidah. The King established in Abomey as the capital, he imposed a royal exclusivity on the Atlantic slave trade; the littoral known as the Slave Coast became an important place in the seventeenth and eighteenth centuries, with fortified French and English counters in Ouidah, Portuguese ones at Porto-Novo, Godomey and Seme. At the end of the seventeenth century, Dahomey came into rivalry with the powerful Yoruba Empire of Oyo (The Kingdom of Oyo is an ancient African state, founded in the fifteenth century by the Yoruba in modern Nigeria). In the East the two states clashed three times (1680, 1726-1730 and 1739-1748). Winner each time, Oyo integrated Dahomey territory into his empire.
These wars and raids of slave trade and infighting weakened considerably Oyo and in the eighteenth century, Dahomey becomes free. He enjoyed a political and commercial boost in the reigns of kings Ghezo (1818-1858) and Glèlè (1858-1889).
Very vigilant, the royal power prevented that the installation of foreign trading Business might take a definitive character. As for them the British and French competed in the hope of controlling trade with the Niger bend, which at that time was increassing.
The French gained ground in 1851, making Ghézo sign a treaty of friendship and commerce. In 1861, French missionaries were permitted to settle in Ouidah. In 1863, the French tried to impose their protectorate over Ouidah but Glèlè claimed his rights in the region. The following year, however he gave way to France in Cotonou. French pressure became stronger at the beginning Behanzin’s reign (1889-1894). In 1890, France established a protectorate over the kingdom of Porto-Novo. Two years later, on the pretext of an incident, troops attacked by Colonel Dodds Dahomey, and despite fierce resistance, in 1894, the French captured Behanzin, who was deported.
They took control of Dahomey, who became a French colony. The kingdoms of Porto-Novo Allada and disappeared in the 1910s. The French began to exploit directly the wealth of Benin, particularly palm oil plantations.
The missionaries deepened the conversion work and contributed to the education of the colony in the twentieth century, it provides the AOF a large number of administrative and private, which earned him the nickname "Quartier Latin "West Africa. Recruitment of soldiers and economic pressure during the First World War provoked unrest in the north. Tension rose again after the Second World War, which awakened the nationalist sentiments and hopes of independence.
These were manifested by the creation of numerous newspapers and political parties. In 1945, the colony was able to send a first in the French Parliament member, Marcellin Apithy SM, joined in 1951 by Hubert Maga. In 1956, the Framework Act granted greater autonomy in Dahomey who in 1958 voted favorably to 97.8% in the referendum on the proposed French Community. He then acceded to independence on 1 August 1960. ÉcouterLire phonétiquemen Dictionnaire - Afficher le dictionnaireadjecauthoritarian

Economy 
Benin is a country with poor subsoil, which essentially lives from its port and agriculture. Benin is the strategic gateway that provides access to a vast Francophone and Anglophone market of about 200 million consumers. Thanks to its open port on the Gulf of Guinea, it is the sea access to three landlocked countries of the hinterland, Niger, Burkina Faso and Mali. It is also a producer of cotton, maize, cassava, sorghum, oil palm and millet.
The geographical location of Benin and its territorial dynamics makes of it the country in West Africa which has the largest economic and political potential for the upcoming 50 years (subject to securing the land, development of infrastructure of Road, rail and sea and consolidation of democracy). His other strengths are its proximity to cultural linguistics (Yoruba and derivatives languages) and immediate geographic with Nigeria's political stability.
·         Areas of booming investment

Benin has a large untapped potential in several sectors: agro-industry, tourism, mining, energy and hydrocarbons.
The disengagement of the state conservative in some potential areas such as agriculture (cotton), telecommunications, ports (management of Cotonou port), the banking and energy sector are also an opportunity for Companies wishing to settle in Benin.


Languages 
Most of its ethnic groups have their own language, though French which is the official language is spoken in most cities. Among the indigenous languages, Fon, Yoruba and goun languages are the most spoken in the south with Adja, Mina, tori while Bariba, Dendi, Ditamari or Kotokoli are more in the north. One has a total of 23 languages in addition to French.
People and Culture

The rich cultural diversity of Benin people is one of the most interesting charms of this country. The population composed of more than forty ethnic groups of widely varying sizes. However, what is common among the whole population of Benin is their tolerance, welcome and sense of hospitality the remarkable openness and warmth with which the people welcome foreign allows visitors to discover the Beninese culture with affection.

The peculiarities of Benin

-          The zémidjans also called zem are motorcyclists (OKADA)
Zémidjan literally means take me fast or "take me abruptly" in Fon, the language of southern Benin. These are motorcyclists that are born to fill the lack of taxis in Benin. They are much appreciated by the people, because they fill gaps in public transport. For a few hundred CFA Franc (a few tens of cents), they take their customers, regardless of road conditions and time of day or night to any corner of the city, where traditional taxis cannot always get.


-          Gari
Benin can be called "The Land of gari. Gari is a finely granular semolina obtained from fermented cassava pulp, crushed, sieved and then dried in a fire. Indeed, this specificity to work on cassava has emerged in Benin.



-          Voodoo and Christianity heavenly
Two great religions were born in Benin, which make this country the religious strengths of the sub-region. Voodoo (or vodou, or voodoo) is a native religion of the ancient kingdom of Dahomey (West Africa). There is still widespread in Benin and Togo, as in the famous fetish market in Lome. From the seventeenth century, slaves from this region of Africa spread the voodoo in the Caribbean and America. We thus found in different forms in Cuba, Haiti, Brazil or the United States, especially Louisiana. Each year, a big celebration of voodoois organized  in January; this attracts a multitude of people from various horizons.
The Christian heaven was created in September 29, 1947 in Porto-Novo by the Reverend Pastor Prophet Founder Samuel Joseph Biléou OSHOFFA. This religion whose followers are dressed in a white robe and bare feet moving, was soon spread worldwide.

The sites to visit: 

Benin also has touristic, geographic and cultural attractions, significant though still undeveloped: beaches and lacustrine villages in the south, animal parks in the north, high place of slavery and the cradle of voodoo 

-          Royal palace of Abomey 
Historic capital of the kingdom of Dahomey, situated to 135 km of Cotonou in the middle of land, Abomey was founded in the XVIe century by king Houegbadja. From 1625 to 1900 twelve kings succeeded one another at the head of the powerful kingdom of Abomey. At the exception of king Akaba, who used a distinct enclosure, each of them had their palace built within an enclosure surrounded by mud walls while keeping some features of the architecture of the previous palaces in the organization of the space and choice of the materials. Beware during the visit because some of these palaces are still inhabited by descendants of kings! On entering the site, you will admire the statue of king Béhanzin who fought to protect kingdom, especially against the French. The historic museum of Abomey was created in 1943 by the French colonial administration. It occupies the site of the palace wing where the palaces of kings Guézo and Glèlè are. The whole site of the palaces occupies 44 hectares and is listed as world Heritage of the UNESCO since 1985. The palaces of Abomey provide an exceptional testimony on an ancient kingdom disappeared while the city is still a major center of the traditional religion of Benin. 



-          La Porte de non retour (Door of no return) 
The "Door of the non Return” is a monument that has been raised in memory of millions of Africans who paid with their freedom, and even more often with their life, the building of European economic power as well as some fortunes of the bourgeoisie of Bordeaux, Nantes or elsewhere... Built on the verge of Ouidah’s beach, it represents the point of shipment of slaves.


-          The lacustrine village of Ganvie  
Benin is the only country in Africa possessing a lacustrine village, where the slots are constructed on pillars of about ten meters from the surface of the lagoon. Ganvié has a population of 15,000 inhabitants that has well-organized and maintained his life upon the water. The lacustrine village of Ganvié presents quite a lot of infrastructures of a really particular look. Restaurants and bars, some bungalows, some coffee bars and even some hotels in a very singular and outstanding space. All life takes place entirely on water, canoes filled with various foods cross the village in order to allow the inhabitants who could not move to offer themselves the products sought without difficulty.   


-          Palace of Honmè 
Porto-Novo, the administrative and cultural capital of Benin, is home to the Honmè museum, called by many Porto-noviens Palais-Royal having been the residence of King Toffa, the first to have signed a friendship treaty with France. The kingdom of Benin was one of the most durable of West Africa. It died out in 1976, following a disagreement of succession. The museum displays the life of the royal court during the XIXème and early XXème century. The permanent collections are full of photos showing King Toffa, as well as his regal bearing. A very rewarding visit to understand how the African royalty was lived barely half a century ago! 


-          The temple of the Ouidah pythons 
In 1717, after a fratricidal war between the kingdom of DANXOME and that of HOUEDA, the defeated king of Ouidah fled into the forest to escape the warriors who pursued him. He was protected by the pythons that attacked the mercenaries of Danxome kingdom, and he could thus be saved. In honor of his protectors, he erected in Ouidah three slots in the forest and a totem. You can visit the temple inhabited by pythons of all size, winding loose in the aisles. Furthermore every seven years, is celebrated within the temple a great feast, involving 41 young virgin girls in a big ceremony of purification. The goal is to exorcise evil spirit and to bring peace and prosperity to the village. Not to be missed! 

-          National Park of Pendjari 
The Pendjari Park is part of the largest protected reserve in West Africa, in the same geographical area that the National Park W. The park itself covers 480 000 hectares! Appointed biosphere reserve since 1986, the park hosts an extremely rich ecosystem. You can come as close as some of the 217 species recorded in the park: elephants, baboons, lions, hippos... 


-          Tata Somba
In Benin, these houses look like small forts are named for Tata. The Tata-Somba are real strong castles to thatched roofs and are part of the architectural heritage of Benin. These fortified houses, made of earth rich natural cement, covered with clay and cow dung but also a decoction of bark end of fruit, all have a floor that allowed to protect wild animals and men , and thus put the crops and animals to safety. Somba people live mainly in Atacora (north of the country) and are known for unique homes that are the Tata Somba. They maintain a traditional style of life not found anywhere else in Benin. The lifetime of these Tata Somba is 5 to 15 years.


-          The waterfalls Tanongou
About 81 km from Natitingou, Tanongou village is one of the gateways to the Pendjari Park with a beautiful waterfall of rare beauty. This is the most famous waterfall of Atacora, and even Benin’s. Its water falls from a height of about 20 meters, which is collected at the bottom in a basin forming a natural swimming pool whose depth (according to people) reaches about 30 meters. This waterfall is one of the largest places of worship to the deities of the locality. The creek that drains the waters off the waterfall is also the god of the eponymous Tanongou village; this cascade is valuable hydrologically, culturally and economically.

-          Dassa-Zoume: the city of 41 hills
Site of the annual pilgrimage to Dassa
Located at about 209 km from Cotonou, Dassa - Zoume is well known for hosting the “cave
Notre – Dame d’Arigbo " where Holy Mary was reported to have made an appearance. The city with its 41 hills has a rich history that can be discovered by visiting sacred sites and palaces, visiting the king. The "cave Notre - Dame Arigbo" gathers each year in mid - August, tens of thousands of pilgrims from all corners of Benin and neighboring countries, the hills also offer endless possibilities for excursions, walks, cycling and even climbing

Relaxation at the beach side

o   The beach of Grand Popo
For a good relaxation, there is no better than Grand Popo, one of the most beautiful beaches of Benin. Located in the department of Mono, it is about in two hours travel by taxi from Cotonou. The city is not far from the Togo border. The beach is the main attraction here, but there are some other things to see and do. You can go to Hève, one of the main villages of Grand Popo. It is a fishing village that you can walk through. There are also a few others businesses you will also see some musicians playing on the beach sometimes.

o   Beach Fidjrossè
Fidjrossè Beach is one of the best beaches on Sunday within the Cotonou metropolis. Each Beninese and other tourists meet on this beach where we have a lots of restaurants and bars which depicts the cuisine of the country.

Markets in the Economical Capital City


-        Market Dantokpa
The name ''Dantokpa” means on the banks of the lagoon, ''Dan” (serpent) is the name of the deity who created the market which has been designated for the protection of users. Even today, ceremonies are held to implore his mercy, protection, improved sales and also to support him. Located in the heart of the city, it is found at the entrance of the new bridge between Martin Luther King or close the west and east of the city. Dantokpa market was created for several centuries and spans several acres, which in addition to the variety of products in it gave him the qualification of "largest market in West Africa.''  

-          Market Missèbo
This market is the main selling used clothes market in Benin. Located in the heart of Cotonou near steinmertz. It is controlled by at least 90% of the Nigerian Ibo who have formed an association. Of the 117 companies surveyed by the Beninese Centre for Foreign Trade in the thrift industry, 80 are controlled by persons of Nigerian origin. There's only twenty of which are leaders in Benin. Cameroonian, French, Togolese, Spaniards share the rest. Nigerian politics has encouraged the development of border trade in secondhand clothes. This market is an example of integration of foreign communities in Benin. Known as number 1 in selling used clothing in Benin, the market Missébo beyond this feature, offers additional features like mending "in situ" outfits.


 
Circle distance from Cotonou to some major world capitals and Benin
Lagos
100

Dassa-Zoumé
203
Lomé
150

Londres
5020
Parakou
418

Stockholm
6069
Porga
645

New-York
8381
Malanville
742

Rome
4057
Porto-novo
30

Genève
4443
Lokossa
106

Paris
4713
Djogou
416

Francfort
4888


  
FRENCH TRANSLATION 

La République du Bénin, est un pays d'Afrique occidentale, qui couvre une superficie de 114 000 km2 et s'étend sur 670 km, du fleuve Niger au nord à la côte atlantique au sud. Le Bénin comptait 10 008 749 habitants en 2013. Le pays fait partie de la CEDEAO. Il a comme voisins le Togo à l'ouest, le Nigeria à l'est et le Niger et le Burkina Faso au nord. Le Bénin a accédé à l'indépendance complète le 1er août 1960, sous la dénomination de République du Dahomey, avant de prendre son nom actuel en 1975. Les pouvoirs furent transmis au président Hubert Maga par le ministre d'État français Louis Jacquinot. La capitale officielle est Porto-Novo, Cotonou étant la capitale économique. Depuis fin 1989, le Bénin possède une image très forte de pays démocratique dans toute l'Afrique subsaharienne.
Politique
Un havre de paix et de stabilité politique : Un parcours politique exceptionnel
Premier Etat d'Afrique francophone à avoir amorcé un changement pacifique de pouvoir au début des années 90, le Bénin a ainsi ouvert la voie des processus de démocratisation. Considéré autrefois comme le berceau de l'intelligentsia africaine, le Bénin qui, aux premières heures du multipartisme en 90-91, a organisé avec succès la conférence nationale souveraine est en passe de devenir - si cela n'est déjà le cas - un laboratoire voire un bastion de la démocratie. Depuis cette date, le Bénin ne cesse de gagner en renom sur l'échiquier démocratique en Afrique. Les élections qui sont devenues de véritables sources de conflits sur le continent noir se déroulent au Bénin sans heurt en dépit de quelques frictions ici et là. Cela a donné lieu à l'élection de Dieu donné Nicéphore Soglo en 1991 en remplacement de Mathieu Kérékou. Celui-ci est revenu aux affaires en 1996 quand  le technocrate des Institutions internationales devenu Chef de l'Etat n'a pu convaincre la population sur ses qualités politiques et sa capacité à sortir le Bénin de l'ornière. Depuis mars 2006, Mathieu Kérékou a été remplacé au Palais présidentiel par le Dr Thomas Yayi Boni, un banquier chevronné qui a présidé brillamment la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD). L’actuel président Patrice Talon a remporté l'élection présidentielle du 20 mars 2016. Son adversaire, le Premier ministre sortant de Yayi Boni, Lionel Zinsou reconnaît sa défaite le soir même de l'élection. Le Président Talon a été investi président de la République du Bénin le 6 avril 2016 à Porto-Novo.

Histoire
Des premiers royaumes à la colonisation
Les premiers écrits concernant le territoire actuel du Bénin datent des explorations portugaises, au XV e et surtout au XVI e siècle. A la fin du XVI e siècle, plusieurs royaumes émergèrent dans la région habitée par les Adja: le royaume d'Allada, le royaume d'Ajase ou Ajatché (ville nommée plus tard Porto-Novo) et le Danhomé (ou royaume d'Abomey). Ce dernier aurait été fondé vers 1625 par Ouégbadja (un Fon) qui étendit son territoire par la conquête et participa activement au commerce avec les Européens.
Au XVII e siècle, cette expansion territoriale et économique se poursuivit sous les règnes d'Agadja et de Tegbessou. Le Danhomé annexa l'Allada et le royaume de Ouidah. Le roi établit à Abomey la capitale ; il imposa un monopole royal sur la traite négrière atlantique; le littoral, dénommé côte des Esclaves en devint un haut lieu aux XVII e et XVIII e  siècles, avec les comptoirs fortifiés français et anglais à Ouidah, portugais à Porto-Novo, Godomey et Sémé. A la fin du XVII e siècle, le Danhomé entra en rivalité avec le puissant empire yorouba d'Oyo(Le royaume d'Oyo est un ancien État africain, fondé au XVe siècle par les Yorubas, dans l'actuel Nigéria), à l'est : les deux Etats s'affrontèrent à trois reprises (1680, 1726-1730 et 1739-1748). Vainqueur à chaque fois, Oyo intégra le territoire du danhomé à son empire.  
Ces guerres ainsi que les razzias négrières et des querelles internes affaiblirent considérablement Oyo et, au XVIII e  siècle, le Danhomé se libéra. Il connut un nouvel essor politique et commercial sous les règnes des rois Ghezo (1818-1858) et  Glèlè (1858-1889).  
Très vigilant, le pouvoir royal empêchait que l'installation des maisons de commerce étrangères ne prît un caractère définitif. De leur côté, les Britanniques et les Français rivalisaient dans l'espoir de contrôler les échanges avec la boucle du Niger, qui à cette époque s'amplifiaient.
Les Français gagnèrent du terrain en 1851, en faisant signer à Ghézo un traité d'amitié et de commerce. En 1861, des missionnaires français reçurent l'autorisation de s'installer à Ouidah. En 1863, les Français tentèrent d'imposer leur protectorat sur Ouidah, mais Glèlè fit valoir ses droits sur la région. L'année suivante, cependant, il dut céder Cotonou à la France. La pression des Français devint plus forte au début du règne de Béhanzin (1889-1894). En 1890, la France établit son protectorat sur le royaume de Porto-Novo. Deux ans plus tard, prenant prétexte d'un incident, les troupes du colonel Dodds attaquèrent le Danhomé, et malgré une âpre résistance, en 1894, les Français capturèrent Béhanzin, qui fut déporté.  
Ils prirent alors le contrôle du Danhomé, qui devint une colonie française. Les royaumes de Porto-Novo et d'Allada disparurent dans les années 1910. Les Français commencèrent à exploiter directement les richesses du Bénin, en particulier les plantations d'huile de palme.  
Les missionnaires accentuèrent le travail de conversion et contribuèrent à la scolarisation de la colonie: au XX e siècle, celle-ci fournit à l'A-OF un grand nombre de cadres administratifs et privés, ce qui lui valut le surnom de « Quartier latin » de l'Afrique occidentale. Les recrutements de soldats et la pression économique pendant la Première Guerre mondiale provoquèrent des troubles dans le nord du pays. La tension monta à nouveau à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, qui réveilla les sentiments nationalistes et les espoirs d'indépendance.  
Ceux-ci se manifestèrent par la création de nombreux journaux puis de partis politiques. En 1945, la colonie put envoyer au Parlement français un premier député, Marcellin S.M. Apithy, rejoint en 1951 par Hubert Maga. En 1956, la loi-cadre accorda une plus grande autonomie au Dahomey qui, en 1958, vota favorablement, à 97,8  %, au référendum sur le projet de Communauté française. Il accéda alors à l'indépendance, le 1 er août 1960.

Economie
Le Bénin est un pays au sous-sol pauvre, qui vit essentiellement de son port et de son agriculture. Le Bénin constitue la porte stratégique qui permet l’accès à un vaste marché francophone et anglophone de 200 millions de consommateurs. Grâce à son port ouvert sur le Golfe de Guinée, il représente l’accès maritime de trois pays enclavés de l’hinterland, le Niger le Burkina Faso et le Mali. Il est également un pays producteur de coton, de maïs, de manioc, de sorgho, d'huile de palme et de millet.
Le positionnement géographique du Bénin et ses dynamiques territoriales actuelles en font le pays en Afrique de l'ouest qui dispose du plus grand potentiel économique et politique pour les 50 ans à venir (sous réserve de sécurisation du foncier, du développement d'infrastructures de transports routiers, ferroviaires et maritimes et de consolidation de la démocratie). Ses autres atouts sont sa proximité culturelle linguistique (yoruba et langues dérivées) et géographique immédiate avec le Nigeria, sa stabilité politique.
Des domaines d’investissement en pleine expansion
Le Bénin est doté d’un large potentiel encore inexploité dans plusieurs secteurs d’activité : agro-industrie, tourisme, mines, énergie et hydrocarbures.
Le désengagement prudent de l’État dans certains secteurs à potentiel comme l’agriculture (le coton), les télécommunications, les activités portuaires (gestion du port de Cotonou), le secteur bancaire ou celui de l’énergie constitue également une opportunité pour les entreprises qui désirent s’installer au Bénin.
-          Les priorités du gouvernement
Après une première phase de libéralisation de l’économie, les priorités actuelles du gouvernement, qui ont été énoncées lors du discours d’investiture du chef de l’Etat le 6 avril 2006, portent sur la volonté de relever les défis de la croissance économique accélérée et du développement du capital humain pour faire du Bénin un pays émergent, et ce, en faisant la promotion d’une gouvernance concertée, en soutenant le secteur privé, en développant les infrastructures et en appuyant le développement à la base.
L’objectif global des Orientations stratégiques de développement du Bénin 2006-2011, stratégie du gouvernement, est double :
• créer et dynamiser des pôles de croissance et de développement;
• réduire de façon significative la pauvreté. Il s’agit d’un objectif à fort effet d’entraînement dont la réalisation passe par la prise en compte de toutes les préoccupations dégagées du diagnostic stratégique. Il permet de conduire harmonieusement la croissance économique et le développement social.
Dans le but de relever les défis de la compétitivité de l’économie, de l’attractivité de l’espace national, de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et surtout de la bonne gouvernance, ces orientations stratégiques portent pour la période 2006-2011 sur les points suivants :
• reconstruire une administration moderne et efficace, au service de l’intérêt général et du développement du secteur privé;
• assainir le cadre macroéconomique et maintenir sa stabilité;
• promouvoir le renouveau économique par la mise en place d’un environnement économique et institutionnel de norme internationale et par la diversification de l’économie;
• développer les infrastructures de qualité nécessaires à l’accroissement des investissements privés;
• renforcer le capital humain pour améliorer la productivité de l’économie nationale;
• assurer un développement équilibré et durable de l’espace national.
Langues
La plupart de ces ethnies ont leur propre langue, bien que le français, qui est la langue officielle, soit parlé dans la plupart des villes. Parmi les langues indigènes, les langues fon, yoruba et goun sont les plus parlées au sud avec l'Adja, le Mina, le tori tandis que le bariba, le dendi, le Ditamari ou le Kotokoli le sont plus au Nord. On dispose d’un total de 23 langues plus le français.

Peuples et culture
La riche diversité culturelle du peuple béninois constitue l'un des attraits les plus intéressants de ce pays. La population est composée de plus d'une quarantaine de groupes ethniques de tailles extrêmement variées. Ce qui est néanmoins commun chez tous les béninois et fait leur spécificité, est leur tolérance, leur accueil et leur hospitalité. L'ouverture et la chaleur remarquable avec laquelle ce peuple accueille les étrangers permettent aux visiteurs de découvrir la culture béninoise avec affection.
Les particularités du Bénin
-          Les zémidjans appelés aussi zem sont des moto-taxis
Zémidjan signifie littéralement emmène-moi vite ou encore "prends-moi brusquement" en fon, langue du sud du Bénin. Ce sont des taxis moto qui sont nés pour combler le manque de taxi au Bénin. Ils sont très appréciés par la population, car ils comblent les lacunes des transports publics. Pour quelques centaines de Franc CFA (quelques dizaines de centimes d'euro), ils emmènent leurs clients, indépendamment de l'état des routes et de l'heure du jour ou de la nuit, dans n'importe quel coin de la ville, où les taxis traditionnels ne peuvent pas toujours se rendre.
-          Le gari
Le Bénin peut être appelé « Le pays du gari ». Le gari est une semoule finement granulée obtenue à partir de la pulpe de manioc fermentée, écrasée, tamisée puis desséchée au feu. En effet, cette spécificité de travailler le manioc a vu le jour au bénin.
-          Le Vaudou et le christianisme céleste
Deux grandes religions sont nées au Bénin, ce qui font de ce pays un des atouts religieux de la sous-région. Le vaudou (ou vodou, ou vodoun) est une religion originaire de l'ancien royaume du Dahomey (Afrique de l'Ouest). Il est toujours largement répandu au Bénin et au Togo, comme dans le célèbre marché des féticheurs à Lomé. À partir du XVIIe siècle, les esclaves originaires de cette région d'Afrique répandirent le culte vaudou aux Caraïbes et en Amérique. On le retrouve donc sous différentes formes à Cuba, en Haïti, au Brésil ou encore aux États-Unis, et surtout en Louisiane. Chaque année, il est organisé une grande festivité du vaudou au mois de janvier qui attire une multitude de personne de divers horizon.
Le christianisme céleste est créé le 29 septembre 1947 à Porto-Novo par le Révérend Pasteur prophète Fondateur Samuel Biléou Joseph OSHOFFA. Cette religion dont les fidèles sont vêtus d’une robe blanche et se déplacent pieds nus, s’est très vite répandue dans le monde entier.
Les sites à visiter:
Le Bénin dispose également d'atouts touristiques, géographiques et culturels, non négligeables quoiqu'encore peu développés : plages et villages lacustres au sud, parcs animaliers au nord, haut-lieu de l'esclavage et berceau du vaudou

-          Palais royal d’Abomey
Capitale historique du royaume du Dahomey, située à 135 km de Cotonou en plein milieu des terres, Abomey fut fondée au XVIe siècle par le roi Houegbadga. De 1625 à 1900, douze rois se succédèrent à la tête du puissant royaume d'Abomey. A l'exception du roi Akaba, qui utilisa un enclos distinct, chacun fit édifier son palais à l'intérieur d'un enclos entouré de murs de pisé tout en conservant certaines caractéristiques de l'architecture des palais précédents dans l'organisation de l'espace et le choix des matériaux. Méfiez-vous lors de la visite car certains de ces palais sont encore habités par les descendants des rois ! A l'entrée du site, vous admirerez la statue du roi Béhanzin qui s'est battu pour protéger le royaume, notamment contre les Français. Le musée historique d'Abomey a été crée en 1943 par l'administration coloniale française. Il occupe l'aile du site palatial où se trouvent les palais des rois Guézo et Glèlè. L'ensemble du site des palais occupe 44 hectares et est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1985. Les palais d'Abomey fournissent un témoignage exceptionnel sur un ancien royaume disparu tandis que la cité est encore un grand centre de la religion traditionnelle du Bénin.

-          Porte de non retour
La "Porte du Non Retour" est un monument qui a été élevé à la mémoire de ces millions d'africains qui ont payé de leur liberté, et encore plus souvent de leur vie, l'édification de la puissance économique européenne ainsi que de certaines fortunes de la bourgeoisie de Bordeaux, Nantes ou d'ailleurs ... Construit au bord de la plage de Ouidah, elle représente le lieu d’embarquement des esclaves.


-          Le village lacustre de Ganvie
Le Bénin est le seul pays de l'Afrique possédant un village lacustre, ou les cases sont construites sur des piliers à une dizaine de mètres de la surface de la lagune. Ganvié a une population de 15,000 habitants qui a su bien organiser et maintenir sa vie sur l'eau. Le village lacustre de Ganvié présente pas mal d'infrastructures à un look vraiment particulier. Restaurants et bars, des bungalows, des coffee bars et même des hôtels dans un espace vraiment singulier, hors du commun. Toute la vie se déroule entièrement sur l'eau, des pirogues remplies de diverses denrées traversent le village afin de permettre aux habitants qui n'ont pas pu se déplacer de s'offrir les produits sollicités sans grande difficulté.

-          Palais de Honmè
Porto-Novo, la capitale administrative et culturelle du Bénin, abrite le musée Honmè, appelé par beaucoup de Porto-noviens palais-royal, pour avoir été la résidence du Roi Toffa, le premier à avoir signé un traité d'amitié avec la France. La royauté du Bénin a été l'une des plus durables d'Afrique de l'Ouest. Elle s'est éteinte en 1976, à la suite d'un désaccord de succession. Le musée expose la vie de la cour royale durant le XIXème et début XXème siècle. Les collections permanentes regorgent de photos montrant le Roi Toffa, ainsi que son port royal. Une visite très enrichissante pour comprendre de quelle manière se vivait la royauté africaine il y a de cela à peine un demi-siècle!

-          Le temple des pythons Ouidah
En 1717, à la suite d'une guerre fratricide opposant le royaume de DANXOME et celui des HOUEDA, le roi vaincu de Ouidah se réfugia dans la forêt pour échapper aux guerriers qui le poursuivaient. Il fut protégé par les pythons qui attaquèrent les mercenaires du royaume de Danxome, et il put ainsi être sauvé. En l'honneur de ses protecteurs, il érigea à Ouidah trois cases dans la forêt et un totem. Vous pourrez découvrir le temple, habité par des pythons de toute taille, serpentant en liberté dans les allées. Par ailleurs, tous les sept ans, est célébrée à l'intérieur du temple une grande fête, impliquant 41 jeunes filles vierges dans une grande cérémonie de purification. Le but est d'exorciser les mauvais esprits et d'apporter la paix et la prospérité au village. A ne pas manquer!

-          Parc National Pendjari
Le parc Pendjari fait partie de la plus grande réserve protégée d'Afrique de l'ouest, dans la même aire géographique que le parc national W. Le parc couvre à lui seul 480 000 hectares! Nommé réserve de biosphère depuis 1986, le parc héberge un écosystème extrêmement riche. Vous pourrez approcher au plus près quelques unes des 217 espèces animales recensées dans le parc : éléphants, babouins, lions, hippopotames...

-          Tata Somba
 Au Bénin, ces maisons aux allures de petits fortins sont nommées des Tata. les Tata-Somba sont de véritables chateaux forts aux toits de paille et font partie du patrimoine architectural béninois. Ces habitations fortifiées, faites de terre très riche en ciment naturel, recouvertes d'argile et de bouse de vache mais aussi d'une décoction issue d'écorce de fruits, ont toutes un étage qui permettait de se protéger des animaux sauvages et des hommes, et de mettre ainsi les récoltes et les animaux en lieu sûr. Les populations Somba vivent principalement dans l'Atacora (au nord du pays)et sont connues pour les habitations singulières que sont les Tata Somba. Ils conservent un style traditionnel de vie qu'on ne retrouve nulle part ailleurs au Bénin. La durée de vie de ces Tatas Somba est de 5 à 15 ans

-          Les cascades du Tanongou
A 81 km de Natitingou, le village de Tanongou l’une des portes d’entrée du Parc de la Pendjari possède une superbe cascade d’une rare beauté. C’est la cascade la plus célèbre de l’Atacora, voire même du Bénin. Son eau tombe d’une hauteur d’environ 20 mètres, laquelle est recueillie en bas dans une cuvette formant une piscine naturelle dont la profondeur, au dire des populations quelle abreuve, atteint 30 mètres. Cette cascade est l’un des plus grands lieux du culte rendu aux divinités de la localité. Le marigot qui draine les eaux de la cascade est d’ailleurs le dieu éponyme du village de Tanongou ; Cette cascade a une grande valeur hydrologique, culturelle et surtout économique.

-          Dassa–Zoumè : la cité des 41 collines

Site du pèlerinage annuel à Dassa
Situé à 209 Km de Cotonou, Dassa – Zoumè est très connue pour abriter la « grotte Notre – Dame d’Arigbo » où la Vierge aurait fait une apparition. La ville avec ses 41 collines a une riche histoire que l’on peut découvrir en visitant les lieux sacrés et les palais en rendant visite au roi. La « grotte Notre – Dame d’Arigbo » rassemble chaque année à la mi – Août, des dizaines de milliers de pèlerins venus des quatre coins du Bénin et des pays voisins ; les collines offrent également des possibilités intarissables d’excursions, de promenades à vélo et même d’alpinisme
Les plages
-        La Plage de Grand Popo
Pour une bonne détente, il n’y a pas mieux que Grand Popo, l’une des plus belles plages du Bénin. Situé dans le département du Mono, on y arrive de Cotonou en deux heures de voyage en taxi. La ville n’est pas loin de la frontière togolaise. La plage constitue ici l’attraction principale, mais il y a quelques autres choses à voir et à faire. Vous pouvez aller à Hèvê, l’un des principaux villages de Grand Popo. C’est un village de pêcheurs très simple que vous pouvez traverser à pied. Il y a également ici quelques grandes activités commerciales et vous verrez quelques fois des musiciens jouer sur la plage.

-        La plage de Fidjrossè
La plage de Fidjrossè est l'une des meilleures plages de Cotonou.Chaque dimanche béninois et touristes se rencontrent sur cette plage où l’on peut grâce aux restaurants et bars tester la gastronomie du pays.

Les marchés de la capitale Economique

-        Marché Dantokpa
Le nom Dantokpa veut dire ‘’sur les bords de la lagune de Dan’’, Dan (serpent) étant le nom de la divinité qui à la création du marché a été désigné pour la protection des usagers. Aujourd’hui encore, des cérémonies ont lieu pour implorer sa clémence et sa protection, favoriser de meilleurs chiffres d’affaires mais aussi pour le remercier. Situé au cœur de la ville, on le retrouve à l’entrée du nouveau pont Martin Luther King qui sépare ou rapproche l’ouest et l’est de la ville. Le marché Dantokpa a été créé depuis plusieurs siècles et s’étend sur plusieurs hectares, ce qui en plus de la variété des produits qui s’y trouvent lui a donné la qualification de « plus grand marché de l’Afrique Occidentale’’.

-        Marché Missèbo
Ce marché est le principal centre de vente des fripes au Bénin. Situé au plein centre de Cotonou, non loin de l’avenir steinmertz, il est contrôlé à 90 % au moins par les Ibos du Nigéria qui se sont constitués en association. Sur les 117 entreprises recensées par le Centre béninois du commerce extérieur dans le secteur des friperies, 80 sont contrôlées par des personnes d'origine nigériane. Il n'y en a qu'une vingtaine dont les dirigeants sont béninois. Camerounais, Français, Togolais, Espagnols se partagent le reste. La politique nigériane a favorisé le développement du commerce transfrontalier des fripes. Ce marché est l’exemple d’intégration des communautés étrangères au Bénin. Réputé numéro 1 dans la vente de friperie au Bénin, le marché de Missébo, au-delà de ce trait caractéristique, offre d’autres spécificités comme le raccommodage « in situ » de tenues.
.!.

Distance entre Cotonou et certaines villes

Distance orthodromique de Cotonou
à certaines grandes capitales du monde et du Bénin
Lagos
100

Dassa-Zoumé
203
Lomé
150

Londres
5020
Parakou
418

Stockholm
6069
Porga
645

New-York
8381
Malanville
742

Rome
4057
Porto-novo
30

Genève
4443
Lokossa
106

Paris
4713
Djogou
416

Francfort
4888



Share on Google Plus

About Lion King

0 comments:

Post a Comment